La Tempête du siècle

La_Temp_te_du_si_cle

Little Tall, une petite île du Maine… Un port actif où règne la paix. Les gens se connaissent tous de longue date et s’entraident en cas de besoin… Mais il se pourrait que ce communautarisme soit mis à rude épreuve ! La petite poignée d’insulaires est sur le point d’endurer ce que la météo qualifie de «tempête du siècle» ! Alors que tout le monde s’affaire pour éviter la catastrophe naturelle, c’est le moment qu’a choisi un homme mystérieux pour débarquer sur Little Tall… Se révélant menaçant et semblant en savoir beaucoup sur chacun des habitants, il se retrouve rapidement sous les verrous du shérif local suite au meurtre atroce d’une vieille femme. Mais malgré son séjour forcé en cellule, André Linoge a le pouvoir de tuer quiconque en manipulant mentalement les personnes. Il les pousse à commettre des crimes à sa place voire même à se suicider en usant des sombres secrets qu’il détient sur elles ! Qui est André Linoge ? C’est la question qui intéresse tout Little Tall ! Cependant, c’est une autre question que devrait se poser la petite communauté… Que veut André Linoge ? Il ne cesse de clamer qu’il quittera les lieux uniquement après avoir obtenu ce qu’il cherche… Tandis qu’il apparaît de plus en plus évident que Linoge est un démon, les habitants constatent une chose encore plus incroyable: les enfants sont étrangement attirés par lui ! Que ce soit au cinéma ou à la télévision, le résultat est très souvent à la hauteur avec Stephen King ! Et la Tempête du siècle n’échappe pas à la règle… Au contraire ! Outre un film au suspense diabolique, le célèbre créateur de  «Il» est revenu et Craig R. Baxley nous gratifient d’une œuvre réfléchie sur les limites de la morale humaine. Devant une mort paraissant inévitable, la quasi-unanimité des îliens de Little Tale n’hésitent pas à remettre le destin de leurs enfants entre les mains d’un monstre… Sacrifiant l’humanité de l’un d’entre eux ! En faisant cela, les habitants pensent préserver leur communauté… Mais préserver un groupe, une société, une communauté (peu importe le nom que l’on donne à cela) vaut-il le sacrifice d’une famille unie ? D’un enfant ? D’un quelconque individu ? … … Et est-ce finalement le bon moyen ? La petite ville convoque l’aide de chaque personne pour affronter la tempête mais quand quelqu’un a besoin d’aide (en l’occurrence le shérif à la fin du film), celle-ci ne répond pas… On ne saura jamais ce qui serait advenu si les âmes de Little Tall n’avaient pas cédé à la requête de Linoge… Qu’aurait-il pu faire devant la puissance d’un groupe vraiment solidaire ? Oubliant l’adage «l’union fait la force» et aveuglé par la peur, chacun a préféré batailler pour soi et sauver ce qu’il pouvait. Little Tall, comme toute utopie depuis la nuit des temps, a échoué. Car avant d’incarner le socle d’une espérance commune, la société est d’abord la triste réunion d’intérêts personnels. Voilà en somme la terrible morale de ce magnifique téléfilm ! Un téléfilm qui, vous l’aurez compris, parle également d’enfance et du rôle protecteur des parents. Durant un peu plus de 4 heures (découpées en 3 parties… Ouf ! ^^), le spectateur assiste impuissant et angoissé au manège du cruel mais impartial André Linoge… Un personnage aussi ambigu, charismatique et implacable relève de la gageüre pour bon nombre d’acteurs… Mais pas pour Colm Feore ! Bien que l’intelligence du scénario de King participe pour beaucoup à la réussite de ce très long métrage, l’interprétation de Feore y contribue tout autant ! Sa diction ainsi que sa manière de placer ses regards sont d’une finesse absolue ! Les autres points forts de l’œuvre sont l’univers sonore, le montage, les effets spéciaux (chose assez rare pour un téléfilm !) et la photographie (dans une moindre mesure). Récompensé par un Emmy Award et le Saturn Award du meilleur téléfilm en 2000 (entre autres), La Tempête du siècle est à conseiller aux amateurs d’angoisse mais également à ceux privilégiant la portée philosophique d’un récit à tout le reste ! Pour les assoiffés d’action, d’horreur et de scènes gores, mieux vaut passer son chemin car atmosphère est ici le maître mot. En bref… Passionnant !