Alone

Alone

Alors que j’ai quelque peu déserté mon antre, je me lance pour la première fois dans la chronique d’un film thaïlandais, un cinéma dont j’ignore presque tout… De plus, l’œuvre en question est un film d’horreur ! ^^ Alone nous narre l’histoire de Phim, une jeune femme vivant en Corée du Sud. Un soir, elle reçoit un coup de téléphone de Bangkok. Sa mère, victime d’un accident vasculaire cérébral, est à l’hôpital. Phim et son mari, Vee, partent immédiatement pour la Thaïlande… Bon gré mal gré. En effet, Phim est hantée par des souvenirs douloureux issus d’une enfance traumatisante: plus jeune, elle a été séparée de sa jumelle siamoise, Ploy, qui n’a pas survécu… Et séjourner dans la maison d’enfance n’arrange rien ! Bientôt, Phim se met à voir le fantôme de sa sœur un peu partout dans la demeure… Mais ne s’agit-il que d’hallucinations ? Sous des abords assez classiques se cache un récit des plus malins qui, arrivé aux trois quarts de sa durée, inverse totalement les positionnements des rôles principaux ! Vraiment fort ! Cet effrayant fantôme (que l’on doit à d’excellents effets spéciaux) n’est pas celui qu’on croit… Je n’en dis pas plus ! ^^ Les interprètes sont épatants, la très belle Marsha Wattanapanich en tête ! La photographie, élément capital, a fait l’objet d’une attention particulière et s’avère somptueuse. De même, la B.O. est angoissante à souhait et ne fait qu’enflammer l’oppressante atmosphère de ce superbe long métrage qui réserve de nombreux moments d’effroi et autres délicieux sursauts ! :-) Un film d’une subtile originalité, situé entre The Grudge (de Takashi Shimizu) et Sisters (de Douglas Buck), qui manie aussi bien les faux-semblants que la peur !