Heavy Rain

Heavy_Rain

ATTENTION ! ! ! FILM INTERACTIF INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS ! ! !

Vous souvenez-vous des fameux «romans dont vous êtes le héros», ces livres qui connurent un grand succès dans les années 80-90 et dont le déroulement de l’histoire dépendait des choix faits par le lecteur ? Non ? Il faut dire que c’est un peu tombé dans l’oubli… Et bien je vous propose de découvrir un «film» dont vous êtes le héros ! Enfin… Quand je dis «film», c’est techniquement faux. Il s’agit en réalité d’un jeu vidéo PS3. Mais intellectuellement, Heavy Rain a tout de l’excellent thriller sombre à la Seven ou à la Saw ! Deux modèles dont il a un peu de mal à se détacher mais là n’est pas l’essentiel. Un tueur en série sème la terreur sur la côte Est des Etats-Unis. De jeunes garçons sont retrouvés morts noyés dans de l’eau de pluie quelques jours après avoir été enlevés, une orchidée posée sur la poitrine et un origami placé dans la main… D’où son surnom de «Tueur aux origamis». L’enquête n’avance pas et le petit Shaun Mars vient d’être kidnappé ! Un agent du FBI, Norman Jayden, est envoyé sur place pour épauler la police locale et débusquer au plus vite le mystérieux criminel. Mais il n’est pas seul à prendre part à cette haletante course contre la montre… Ethan Mars, le père du disparu, va tout tenter afin de sauver son fils et pourra compter sur Madison Paige, une journaliste suivant l’affaire de près. Scott Shelby, un détective privé assez bourru et solitaire, est également sur le coup… Chacune de ces quatre personnes sera amenée à prendre des décisions, à faire de terribles choix et à se demander jusqu’où elle est prête à aller… Et tous ces choix, ce sera à vous de les faire ! ^^ En effet, ce jeu vidéo est d’un genre tout à fait singulier. Vous incarnez tour à tour ces «quatre mousquetaires» et devez influer sur le cours des évènements à l’aide de phases d’exploration et d’actions contextuelles (ou QTE). Pour celles et ceux ignorant ce dont il s’agit, je vous renvoie vers le lien précédent. Il est question, en gros, de reproduire les gestes et «ressentis» des personnages à travers certaines manipulations (parfois délicates) de la manette. Une manière astucieuse (et très bien exploitée ici) de faire vivre au «joueur-spectateur» une expérience particulièrement immersive et divertissante ! On a la sensation d’agir dans le jeu comme on le ferait dans la réalité !!! Selon les orientations (morales, entre autres) prises et les succès ou échecs devant les épreuves imposées (une arrestation d’un truand qui tourne au vinaigre, un interrogatoire trop musclé, un indice oublié sur une scène de crime, accepter ou non une tasse de thé offerte par un individu, prendre la route de gauche plutôt que celle de droite, …), le scénario peut basculer et vous éloigner d’une fin heureuse… Tout est possible: la mort des quatre protagonistes et du petit Shaun, la résolution de l’enquête et la défaite du «Tueur aux origamis», le père et la journaliste finissant ensemble, l’agent du FBI qui se retire de l’enquête, le père mettant fin à ses jours, … Ca dépend de vous ! Les fins sont nombreuses et le moindre petit détail laissé au hasard pourrait avoir de colossales conséquences ! ^^ Stressant, n’est-ce pas ? C’est d’ailleurs une chose à prendre en compte… Ce jeu PS3 n’est pas à mettre en face de n’importe quels yeux (il est officiellement interdit aux moins de 18 ans !) et il convient de ne pas être trop émotif pour relever ce défi avec plaisir… Cela reste un jeu et ne doit en aucun cas devenir un «chemin de croix» ! Revenons à l’intrigue. Elle n’affiche rien de bien original et souffre même par moments de quelques clichés (l’archétype du détective privé, la journaliste qui mène son enquête et s’implique toujours plus personnellement, …). Cependant, de nombreux rebondissements assurent le spectacle et tiennent en haleine jusqu’au dénouement ! Quelques passages sont impressionnants et dignes des meilleurs thrillers horrifiques (mes préférés: le terrible piège du «papillon» et la rencontre entre Madison et un ancien médecin des plus suspects...) ! Une belle mise en scène, une interprétation solide (de vrais acteurs incarnent les différents personnages grâce à la technique de la motion capture), un excellent univers sonore (la B.O. est aussi angoissante que mélancolique, le doublage français exceptionnel et les bruitages très réalistes), de très bons dialogues et une qualité graphique indéniable (relayée par des mouvements de caméra soignés) parachèvent ce véritable film interactif ! C’est la raison pour laquelle je chronique Heavy Rain comme un long métrage… Il unifie les sphères vidéoludique et cinématographique comme jamais auparavant et prouve que ces deux mondes ont de nombreux points communs ! Malgré cela, cette œuvre ne peut permettre au non joueur ou au farouche opposant du jeu vidéo d’aller vers ce support si injustement décrié. Trop de violence empêche un large public d’accéder à ce petit bijou d’originalité ! Quelques thèmes sont pourtant bien traités, notamment ceux de l’enfance, de la famille (et plus précisément la paternité), de la solitude, de l'amour, de la justice, du destin et du deuil (Ethan Mars a déjà perdu un fils par le passé...). Mais vous l’aurez compris, Heavy Rain puise sa force dans son concept, son interactivité, son ambition démesurée et sa volonté d’ouvrir une voie inexplorée rassemblant davantage deux arts qui ont tout à gagner en s’unissant… Le jeu vidéo et le cinéma qui se cherchent de nouveaux horizons… Une magnifique curiosité (française, de surcroît ^^) qui offre quelques beaux instants d’émotion et de poésie ! ... ... ... Un petit regret, toutefois: il faut obligatoirement une console PS3 pour vivre cette aventure qui mettra vos nerfs et réflexes à rude épreuve... :-/

ATTENTION ! ! ! FILM INTERACTIF INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS ! ! !