Meurs un autre jour

Meurs_un_autre_jour

Non, ne vous sauvez pas devant cette horrible affiche ! ^^ Depuis bientôt deux ans que je tiens ce blog… Et toujours pas le moindre James Bond ! ? ! Certes, il y a peu de vrais bons films parmi tous les opus de la célèbre saga… Mais trois d’entre eux sortent nettement du lot: Permis de tuer, Dangereusement vôtre (mon préféré) et Meurs un autre jour. C’est ce dernier que je me propose de vous présenter aujourd’hui ! Corée du Nord, de nos jours… Bond enquête sur un trafic «conjugué» d’armes et de diamants de conflits au sein de l’armée. Son opération d’infiltration l’amène à traiter avec le tyrannique Colonel Moon. Mais tout dérape suite à la traîtrise d’un membre du MI6 et notre cher espion improvise une sortie des plus tonitruantes ! Au cours d’une poursuite en hovercrafts, Bond tue Moon mais se fait capturer par l’ennemi… Commencent alors pour 007 plusieurs mois de tortures diverses et joyeuses dans les geôles poisseuses de la Corée du Nord… Quand survient un évènement qu’il n’espérait plus ! La NSA (les américains, en gros ^^) l’échange contre Zao, l’ancien bras droit de Moon. A son retour au MI6, M (son chef) le tance et lui retire l’affaire ainsi que son fameux permis de tuer ! Plus déterminé que jamais, James Bond va mener une vendetta personnelle contre ce Zao et tenter de débusquer le traître responsable de sa douloureuse captivité. A Cuba, il apprend qu’un certain Gustav Graves est mêlé au trafic de diamants de conflits. Assisté de la belle Jinx, une espionne américaine, et de la «chaleureuse» Miranda Frost, une jeune collègue du MI6, 007 explore la piste Graves avec plus d’acuité… Pourquoi j’aime bien ce James Bond ? Déjà, il y a un super antagoniste en la personne du mégalo Gustav Graves (excellent Toby Stephens !)... Et c’est une règle d’or: un grand Méchant = un grand James Bond ! Il n’égale pas la performance de Christopher Walken et son Max Zorin mais s’en rapproche un peu ! Ensuite, de nombreux clins d’œil aux précédents «épisodes» sont disséminés çà et là… Inutile de tous les citer, il y en a trop ! J’évoquerai juste la scène de l’atelier de Q et les gadgets «innocemment» éparpillés, dont le mythique Jetpack d’Opération Tonnerre ! Enfin, Meurs un autre jour réussit la parfaite alchimie entre traditions «bondesques» (le générique de début, les filles, les voitures, l’humour et la forfanterie du héros, sa première rencontre avec le «super-vilain» autour d'un jeu ou d'un pari, les gadgets, les lieux caractéristiques du style hôpital à La Havane et palais de glace en Islande, …) et nouveaux codes du film d’espionnage (scènes sombres, héros plus fragile qui se fait malmener, appareils high-tech dernier cri, meilleur équilibre entre les personnages féminins et masculins, …). Revenons brièvement sur le générique de début… C’est personnellement mon préféré de la franchise et hommage doit être rendu à Madonna qui est heureusement sortie de sa médiocrité habituelle (elle ne fait plus rien depuis l’album Ray of Light… Qui remonte tout de même à 1998 !) pour nous sortir un titre électro crépusculaire à souhait sublimant à merveille toute la première partie nord-coréenne du film… Très certainement la partie la plus réussie du long métrage de Lee Tamahori qui a su intelligemment retranscrire l’esprit totalitaire de ce sinistre pays. Bien sûr, il convient de saluer également l’interprétation (Toby Stephens, la magnifique Halle Berry, Pierce Brosnan, Rick Yune, Judi Dench, John Cleese, … Seule Rosamund Pike rame un peu mais son personnage est mal écrit à la base.), la B.O. de David Arnold, le montage et le travail efficace du réalisateur de L’Ame des guerriers. Comme tous les James Bond, celui-ci traite des thèmes de l’ambition et du pouvoir. Mais il faudra passer outre la vision politique simpliste des relations entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Corée du Nord… Néanmoins, on ne regarde pas Meurs un autre jour pour sa sagacité en termes de géopolitique ! Non, c’est surtout pour passer un bon moment devant un film d’action/espionnage solide qui démontre une maîtrise totale de l’art de divertir ! Avec en prime une scène finale aérienne d’anthologie ! ! ! :-D