Prince of Persia: les Sables du Temps

Prince_of_Persia___les_Sables_du_Temps

En cette période cannoise, permettez-moi de vous présenter… Un blockbuster. ^^ Prince of Persia: les Sables du Temps (que j’abrègerai POPST) est l’adaptation du célèbre jeu vidéo éponyme sur PS2. Et pour une fois, il s’agit d’une transposition très réussie ! Habituellement, les aventures sur consoles donnent de très mauvais films… Souvenez-vous du triste sort qu’avait subi le légendaire Mario dans les années 90 ? :-/ Pourtant, la sphère vidéoludique a un potentiel gigantesque ! Le problème vient d’une certaine condescendance de la part du septième art vis-à-vis du jeu vidéo. Le cinéma voit ce dernier comme un simple réservoir à divertissements faciles… En tout cas, Mike Newell fait montre d’un certain respect à l’égard de l’œuvre dont il s’est inspiré pour son POPST. Le résultat est un film d’aventures grand public captivant qui nous plonge dans un conte digne des Mille et Une Nuits ! L’histoire en deux mots: Empire Perse, VIème siècle… Les trois fils du roi Sharaman (Tus, Garsiv et Dastan) ainsi que son propre frère (Nizam) assiègent la cité d’Alamut qui, d’après un espion, fournirait des armes aux adversaires de l’Empire ! Au cours de l’assaut, Dastan s’empare d’une mystérieuse dague dont le manche contient du sable... Un assaut qui n’est pas du goût du monarque lui-même ! Il reproche à Tus, son fils aîné et l’héritier du trône, d’avoir attaqué bien trop prestement la cité. Persuadé de son bon droit, Tus se met à chercher les forges d’Alamut pour prouver à son père qu’il a bien fait de passer à l’action. Le calme revenu, le bruit des armes et l’odeur du sang cèdent la place aux festivités ! Le mariage de la princesse des lieux, la belle Tamina, et Dastan est prévu et permettra à la régence du roi Sharaman de démarrer sous les meilleurs auspices ! Mais quand Dastan remet la tunique officielle de régent à son père adoptif lors de la cérémonie, tout bascule ! La tunique est empoisonnée et tue le roi Sharaman ! ! ! Les soupçons se tournent logiquement vers Dastan qui est obligé de fuir pour sauver sa peau ! Il emmène Tamina avec lui de même que l’étrange dague trouvée sur le champ de bataille… Alors que nos deux fugitifs bivouaquent dans le désert, Tamina tente de tuer Dastan et de récupérer la dague dont elle est la gardienne ! En voulant se défendre, ce dernier l’active malgré lui et libère les sables magiques présents à l’intérieur du manche. Il découvre alors que cette dague a le pouvoir de remonter le temps et que seul son possesseur a conscience de son effet ! Il comprend également que la vraie raison de l’attaque d’Alamut est liée à cette arme magique et suspecte Tus de vouloir se l’approprier à n’importe quel prix pour régner en maître sur le monde… Accompagné de Tamina, Dastan va tout tenter afin de prouver son innocence et surtout stopper les funestes desseins de son frère aîné… Mais Tus est-il vraiment le meurtrier du roi Sharaman ? :-) Je ne vous en dis pas plus ! Si POPST se contente de reprendre tous les vieux ingrédients classiques des grands films d’aventures (une romance, de l’humour et des scènes d’action), il est assez surprenant de constater que la recette fonctionne toujours ! Pourquoi ? Je pense que la principale raison tient dans le bon dosage de l’humour, peu envahissant et permettant au côté tragédie familiale épique de se développer et de s’imposer. C’est d’autant plus inattendu qu’il s’agit d’une production Disney, une firme habituée à noyer la plupart de ses longs métrages sous des tonnes de lourdeurs comiques ! Mais la distillation de l’humour ne fait pas tout. Soulignons ainsi une distribution aussi variée que prestigieuse (Ben Kingsley, Alfred Molina, Jake Gyllenhaal et Gemma Arterton), un scénario solide aux rebondissements bien sentis, une B.O. efficace (à défaut d’être originale), une jolie photographie (assez rare dans un film aussi grand public !) et d’excellents costumes. Les effets spéciaux ne sont pas en reste non plus et participent grandement au spectacle proposé par Mike Newell. Le caractère sautillant du héros, qui est la signature de la franchise vidéoludique Prince of Persia, est bien intégré dans les évènements et bon nombre de passages et courses-poursuites donnent l’occasion à Dastan de bondir de toits en toits, de murs en murs ou encore d’autruches en autruches (^^) ! Il y avait un petit risque de tomber dans le ridicule mais les talents conjugués de Newell et Gyllenhaal ont su éviter le piège ! Bref, si vous aimez Indiana Jones, les contes des Mille et Une Nuits, les histoires de princes et de princesses, les trahisons familiales, la beauté des paysages désertiques et les saveurs épicées de la Perse, alors POPST est fait pour vous ! Une épopée de deux heures à couper le souffle durant laquelle vous oublierez la signification du mot «ennui» ! Tout simplement haletant ! Petit rajout du 24/05/2012: je ne partage pas les avis de certains critiques (trop à mon goût) sur le thème des armes de destruction massive. Pour moi, POPST n'en parle pas. Au mieux, ce n'est qu'une vague allusion (volontaire ?)... C'EST UN DIVERTISSEMENT et je pense que le juger autrement est impropre. :-/