Hidden

Hidden

Aujourd’hui, je cède aux sirènes de la nostalgie ! Ma première incursion dans l’épouvante et mon goût prononcé pour ce genre si injustement dénigré, je les dois à Hidden ! Qui se rappelle d’Hidden ? Bardé de prix reconnus sur le plan international (Sitges en 1987 et Avoriaz en 1988, entre autres), cette excellente série B nous plonge dans le Los Angeles des eighties. D’étranges crimes sont perpétrés depuis quelques temps et le seul point commun entre eux est troublant: les assassins sont d'honnêtes personnes sans histoire ! ! ! Tom Beck, le policier en charge de cette sordide affaire, se voit contraint de faire équipe avec un agent du FBI, Lloyd Gallagher. Ce dernier, nimbé de mystère, ne revient pas à Beck… Et la tournure des évènements lui donne rapidement raison lorsque notre brave policier découvre avec stupeur que tous ces meurtres sont l’œuvre d’un extraterrestre passant de corps en corps et que Gallagher lui-même est un alien (mais un gentil ^^) ! Il est venu prêter main forte pour stopper la créature… Mais celle-ci n’erre pas sans but et projette ni plus ni moins que de s’emparer du corps du sénateur Holt, candidat favori à la Présidence des Etats-Unis d’Amérique ! Dès lors, il ne s’agit plus de résoudre une banale enquête policière mais bel et bien de sauver le monde d’une subtile invasion extraterrestre ! Alors bien sûr, le résumé de l’intrigue de ce thriller fantastique vous fait certainement penser à Alien, Terminator ou encore et surtout au cultissime The Thing (de John Carpenter). Concernant la dernière œuvre citée, la filiation n’est pas dissimulée… Mais, et je vais peut-être en choquer certaines ou certains, Hidden est largement plus captivant et réussi que cet illustre modèle ! Il mériterait cependant un solide remake car le temps ne l’a pas bonifié. Spécialement du point de vue des effets spéciaux et de la B.O., qui conservent malgré tout un vrai charme. La  B.O., justement, est assez rock et assume totalement le côté années 80, ce qui donne un cachet indéniable au film. Les actions sont bien rythmées et la tension se fait sentir en permanence notamment grâce à un excellent scénario, une réalisation sérieuse et un duo d’acteurs performants qui sonne juste (Kyle MacLachlan et Michael Nouri) ! Les dialogues, très percutants et estampillés eighties eux aussi, contribuent également à maintenir ce rythme et cette tension. La scène d’entrée du film est de loin le passage le plus marquant et lance Hidden sur de bons rails jusqu’au dénouement final, assez surprenant ! Le long métrage de Jack Sholder nous surprend aussi par ses quelques élans dénonciateurs, en particulier à l’encontre de la société de consommation. En extrapolant un peu (même beaucoup ^^), le méchant extraterrestre est peut-être une métaphore du pouvoir dans ce qu'il a de plus violent et néfaste, capable de rendre folle et de corrompre la plus innocente des âmes ! L'ambition "dévorante", en quelque sorte. :-) Mais à part ça, le film reste avant tout un divertissement efficace, original et idéal pour une gentille initiation à l’épouvante (même si, dans le cas présent, on oscille plutôt entre polar, science-fiction et thriller fantastique). Dommage qu’il ne repasse plus à la télé ! TT