Petit "compte-rendu" de la soirée Libres courts - 10ème fête mondiale du cinéma d'animation (mardi 18 octobre à 20h30 - Théâtre d'Orléans / salle Antoine Vitez): beaucoup de monde (une grande salle presque pleine) et onze courts-métrages de très bonne qualité ! La thématique était le court-métrage d'animation britannique... Inutile de vous dire que l'humour était au rendez-vous ! Sur la totalité des films, j'ai décidé d'en mettre en valeur sept. Les quatre autres étaient aussi très bons mais tout de même un ton en-dessous. Sans plus attendre, place aux chroniques (moins longues que d'habitude) et surtout... Aux vidéos ! :-))

Simon's Cat - TV Dinner

Simon_s_cat_TV_dinner

Simon’s Cat – TV Dinner raconte l’histoire d’un chat facétieux qui use et abuse d’astuces pour faire comprendre à son maître qu’il a faim et qu’il veut sa pitance ! Mais son maître aimerait bien regarder la télé tranquille… Doté d’une animation rudimentaire mais très efficace, ce petit court-métrage est un bijou d’humour dans lequel on ressent tout l’amour du réalisateur pour nos amis les chats ! Enfants, adolescents ou adultes, le charme opère sur tout le monde ! Et puis les bruitages et la voix du chat sont géniaux et sont pour une part importante dans le succès de ce sympathique petit film ! A noter: Simon Tofield, le réalisateur, tient un site Internet sur son mignon personnage (http://www.simonscat.com/). Je vous le recommande !

This Way Up

This_way_up

Deux croque-morts doivent transporter un cercueil vers le lieu de son dernier repos. Mais la malchance fait que leur corbillard se retrouve soudainement aplati par un gigantesque rocher ! Qu’à cela ne tienne, nos deux courageux professionnels vont tout faire pour honorer leur «cliente» et braver les nombreuses menaces qui jalonnent leur parcours… Très beau court-métrage animé, This way up dédramatise la mort et le deuil avec un étonnant sens de la fantaisie, très proche de L’Etrange Noël de Monsieur Jack (réalisé par Henry Selick). L’humour est omniprésent et les péripéties vécues par les deux protagonistes sont toutes aussi drôles les unes que les autres ! On se marre du début à la fin… Ou presque ! Les dernières secondes sont très émouvantes et tiennent plus de la poésie que du «simple» ressort comique. Cette idée que la mort et la vie sont des mondes communicants et que l’une n’est finalement que le prolongement de l’autre (les deux formant un tout) me plaît beaucoup ! Formellement, la maîtrise est totale: une ambiance sonore superbe, une animation de qualité, un panel de couleurs sans fausse note, … Smith et Foulkes ont su désamorcer l’aura sinistre de la Faucheuse en nous proposant là une œuvre légère, hilarante et poétique à la fois ! Du très grand ART !

The Tom Fun Orchestra : Bottom of the River

Bottom_of_the_River

Spectateur, entends la complainte ensorcelante des sacs poubelles au fond de la rivière ! Entends leur chant plaintif et mélancolique sur l’état du monde ! Tel est le credo de ce court-métrage d’animation qui est en réalité un vidéo-clip du groupe canadien The Tom Fun Orchestra. De quoi parle cet étrange et entêtant ovni ? Grosso modo d’écologie. Arrêtons de jeter n’importe quoi dans la nature et de polluer les eaux de notre planète ! L’humain n’est pas le seul être vivant sur Terre et il a trop souvent tendance à l’oublier… A travers l'histoire de ce camion benne qui déverse divers déchets dans une rivière, les réalisateurs réussissent à nous interpeller sur la gravité du sujet sans que l’ensemble ne soit «plombant». Bien que les couleurs et sonorités (voix et musique) affichent clairement un côté lugubre, le choix formel d’un vidéo-clip animé est original et confère une étrange fraîcheur à l’ensemble ! Très dur à expliquer comme sensation… Surtout que certaines images (comme cet ours qui tombe de la benne parmi les autres ordures ou encore cet homme qui se fout complètement des dégâts qu'il fait et fume tranquillement sa clope) sont assez dures et laissent entendre que l'homme n'a aucune considération pour les animaux et la nature (ce qui n'est pas totalement faux) ! On se sent véritablement envoûté et happé par les abysses de cette rivière ! Ces étranges sacs poubelles ont des airs de sirènes homériques… Et l’humour dans tout ça ? Et bien il n’y en a pas beaucoup, force est de le souligner. Mais quelques effets et personnages «saugrenus» apportent une très très fine touche de légèreté s'avérant utile (pour ne pas voir sombrer ce film dans la tristesse outrancière): un banc de poissons «zombies», l'ours dont je parlais tout à l'heure faisant des allers et retours derrière l’ «orchestre de sacs», des sacs qui se transforment en méduse ou en pieuvre, … Bref, tout ça pour dire que Bottom of the River est le court-métrage que j’ai préféré au cours de cette soirée de projections, subtil mélange d’engagement, d’intelligence, de gravité, de beauté et de poésie. Excellent ! N.B.: désolé, mais je n’ai trouvé aucune vidéo en V.F. (Version Française)… Ni même en V.O.S.T.F. (Version Originale Sous-Titrée Français), d’ailleurs. Pour vous aider un peu, vous trouverez ci-dessous les paroles (en anglais ^^) de la chanson.

We are all at the bottom of the river
We stare up
at the leaves floating by
We sit down
at the bottom of the river
Waiting for the changing tide
Time floats by
at the bottom of the river
Each sinking pebble
is an echoing tenor
There’s stones in our pockets & chains around our ankles
But you’ll never see a tear drop where the fish swim by
There’s children throwing stones into the river
There’s retrievers fetching sticks along the shore line
We’ve got seaweed for a pillow at the bottom of the river
We’ve got pale blue skin & bulging white eyes
[Chorus]
We are all
at the bottom of the river
We stare up
at the leaves floating by
We sit down
at the bottom of the river
Waiting for the changing tide

Badgered

Badgered


Un blaireau aimerait bien dormir en paix mais deux corneilles (ou corbeaux) n’arrêtent pas de brailler… Et pour couronner le tout, on vient placer un silo à missiles sous sa tanière ! Mais notre brave compère a la chance de son côté… Un peu dans l’esprit de Simon’s Cat – TV Dinner (voir plus haut), Badgered propose une animation assez simple (ici, du dessin sur papier tout ce qu’il y a de plus classique !) mais très belle et pleine de personnalité ! Les mouvements du blaireau sont tordants et le doublage, excellent (mention spéciale aux corneilles), accroît la puissance comique de l’œuvre. Là encore, le public visé est large et tout le monde devrait y trouver son compte ! Bref, encore une nouvelle preuve de la totale maîtrise des britanniques en matière d’humour ! A signaler: Badgered fut nominé pour l'Oscar du meilleur court-métrage d’animation 2006 !

The Pearce Sisters

The_Pearce_Sisters

Et voici venir le petit moment gore de l'article ! L’histoire de ces deux sœurs pas très nettes qui tuent le temps (et d’autres choses… ? ^^) et trompent la solitude en faisant sécher (ou fumer, comme vous voulez) du poisson est complètement déjantée ! Mais, rassurez-vous, cela reste très gentillet pour du gore ! Côté technique d’animation, rien de véritablement novateur (mélange de dessin sur papier et de 2D sur ordinateur). Par contre, le style du dessin lui-même est très original et met parfaitement en valeur les côtés «rugueux» et tordu de l’intrigue ! Cela fonctionne si bien que, après coup, cela m’a paru être une évidence que ce récit soit illustré de la sorte ! Tout autre dessin n’aurait pas été aussi adéquat ! Les thèmes abordés sont multiples: solitude et isolement, violence, famille, folie, … Ce que j’ai trouvé très beau dans tout ça, émotionnellement parlant, reste cette relation pleine d’amour et de tendresse entre les deux sœurs. L’une a l’air complètement folle et l’autre, bien consciente de la folie de sa frangine (c’est mon avis), rentre quand même dans son jeu et éprouve beaucoup de compassion à son égard plus que de rancœur ou je ne sais quel autre sentiment. Famille, quand tu nous tiens ! Un très beau court-métrage qui a deux maîtres mots: sensibilité et subtilité ! Et en plus, c'est drôle ! :-D

Operator

Operator

Très très court-métrage (moins de deux minutes), Operator apporte la preuve au spectateur que les histoires les plus courtes sont très souvent les meilleures ! Un homme s’ennuie chez lui et décide d’appeler… Dieu en personne ! ! ! Il aimerait comprendre pourquoi l’homme ne peut pas se lécher le coude… (N.D.L.R.: question très pertinente, en effet ! ^^) Niveau animation et dessin, la qualité est au rendez-vous (mélange de 2D et de 3D sur ordinateur). Certes. Mais ce qui fait mouche est ailleurs ! Déjà, dans l’idée absurde mais géniale de cette histoire loufoque ! Ensuite, pour creuser davantage, le côté placide du personnage principal associé à la voix calme et posée du doubleur engendre un effet de contraste avec la bizarrerie de la situation ! Et c’est sur ce contraste, je pense, que repose tout le sel comique de ce court-métrage ! Un homme flegmatique et sérieux qui désire parler à Dieu, comme ça, sur un coup de tête ! Le décor assez froid de l’appartement (qui correspond bien à son occupant, d’ailleurs) participe lui aussi à la création de ce contraste. Enfin, durant la majeure partie du film, le spectateur n’est jamais sûr et certain que l’homme parle à Dieu… Il est peut-être fou, après tout ? Mais la petite chute (et oui, le réalisateur a réussi à en faire une dans un format aussi court !) fait son effet: la discussion sur le coude terminée, celui qui appelle signale à son mystérieux interlocuteur que la météo est mauvaise (lui demandant implicitement d’y remédier)… Et le soleil fut ! Plus aucun doute n’est permis: Dieu est bien au bout du fil ! Sinon, niveau thématique, Operator parle un peu (et encore) de solitude… Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui compte, c’est que l’on passe un bon moment de franche rigolade ! Et sur ce point, mission accomplie pour Matthew Walker ! Par contre, et j’en suis d’avance désolé, je n’ai pas réussi à trouver là non plus la moindre vidéo de ce court-métrage en français… :-/ Avis aux anglophones, donc !

Pierre et le Loup

Pierre_et_le_Loup

 

 

 

Pièce maîtresse de cette soirée de projections, ce long court-métrage (environ une trentaine de minutes) entièrement muet est une libre adaptation du célèbre conte musical de Sergueï Prokofiev. L’histoire est sensiblement la même mais la fin proposée par la réalisatrice Suzie Templeton se démarque de l’œuvre originelle. Si chez Prokofiev Pierre convainc les chasseurs d’épargner le loup et de l’emmener au zoo, l’animal retrouve totalement sa liberté dans le film de 2006 ! En effet, Pierre libère le loup et l’aide à retourner dans la forêt (et donne au passage une petite leçon aux chasseurs). Ces petites différences ont leur importance ! Prokofiev avait pour objectif principal de créer une œuvre didactique sur la musique à destination des enfants. Alors que Templeton a focalisé son attention sur l’aspect humain de l’œuvre en l’accentuant davantage. Ici, il est question de respect de la nature, de pardon (n’oublions pas que le loup a mangé le canard cher au cœur de Pierre), d’amitié, de solitude et de liberté… Bien plus que chez le compositeur russe. L’animal et l’homme sont sur un même pied d'égalité, comme le suggère ces superbes jeux de regards entre Pierre et le loup (notamment durant les dernières secondes du film où l’animal fixe intensément des yeux le jeune garçon qui vient de libérer… Comme pour lui signifier sa gratitude !). L'affiche aussi va dans ce sens (voir ci-dessus), vous ne trouvez pas ? Les cheveux de Pierre et la crinière du loup sont presque mélangés et leurs regards sont identiques et au même niveau. Techniquement, les marionnettes sont très très belles (on imagine aisément les longues heures de travail derrière tout ça !) et sont animées avec beaucoup de talent (la fameuse technique d'animation image par image) ! Quant à la musique, inutile de vous dire qu’elle est sublime… Ca paraît logique et le contraire aurait été vraiment fâcheux compte tenu de l'oeuvre adaptée. Je comprends mieux maintenant l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation 2008 et le Grand Prix à Annecy ! Un chef-d’œuvre que tout fan de cinéma d’animation doit absolument voir et qui prouve que les marionnettes ont encore (et auront toujours ^^) leur place dans ce domaine !